< Retour

Palais des Beaux Arts

MAITRISE D’OUVRAGE : Palais des Beaux Arts et Ville de Lille / EQUIPE : Atelier Smagghe (architecte mandataire), Les Produits de l'épicerie ( Graphisme), Jacky Lautem (éclairage), Axiome (B.E.T.) / Réalisation : Chloroform, Loft Lille, Meubles Rouchon, Dacryl./ (c) Photos : Palais des Beaux-Arts de Lille - Jean-Marie Dautel/ MISSION : Aménagement de l'Atrium de Palais des Beaux Arts / SURFACE : 1500 m² / SITUATION ACTUELLE : livré en Juin 2017

Atrium du Palais des Beaux-Arts

L’Atelier Smagghe , créé en 2004, est dirigé par l’architecte DPLG et scénographe Ludovic Smagghe. Passionné d’art et de culture, l’Atelier lillois est spécialisé dans la conception de structures architecturales et scénographiques.

En 2016, le Palais des Beaux-Arts de Lille, se lance dans un projet de réhabilitation de grandes ampleurs pour les vingt ans de sa réouverture, en commençant par le réaménagement de son atrium : espace central du Musée. Cet espace a pour objectif d’être un lieu polyvalent et convivial : lieu de rencontre, lieu de vie, de communication, d’exposition et de partage. La difficulté est double : accueillir dans un même lieu des fonctionnalités diverses et intégrer un nouveau projet dans un site architectural fort.

Le Palais, rénové il y a vingt ans par les architectes Jean-Marc Ibos et Myrto Vitart selon un parti-pris sobre et pure alliant subtilement le verre et le béton, fut récompensé du prix de l’Equerre d’Argent. L’atrium, par la monumentalité de son espace, 1 500 m2 pour une hauteur centrale de plus de 15 mètres, et la sobriété de son esthétique, espace central vide entouré d’un péristyle blanc surmonté de cadres dorés, rend toute intervention complexe. L’enjeu est de taille. La réponse aussi.

Le choix architectural de l’Atelier est t’intervenir de manière légère et graphique sous la forme d’un claustra recentrant les espaces de vie sur les côtés et laissant l’air central libre de circulation et d’utilisation. Cette structure habille la hauteur de cet espace par un ensemble de fines plaques de verre et d’acrylique fixées à des porteurs verticaux en acier laqués blanc.

Ces claustras proposent deux niveaux de lectures au public, la première est pensée de manière cinétique offrant au visiteur une forme qui semble se modifier lorsque l’on traverse l’atrium. Et une seconde, plus statique appelant à la curiosité par l’utilisation de matériaux surprenants traversés de lumière.

Ce choix des matières résulte d’une véritable innovation technique. Il s’agit pour l’une, de pièces de textile froissées formant par son relief de légères ondulations dorées, inscrites par inclusion dans une plaque d’acrylique, et pour l’autre, d’un tout nouveau verre dont les caractéristiques sont d’être, à la fois d’aspect antique et règlementairement Securit. Ce choix de matière, véritable prototype, n’est pas sans rappeler les œuvres déjà présentes au Palais ; le doré faisant écho aux reflets mordorés des cadres de l’atrium. La luminosité renvoie, quant à elle, au majestueux lustre d’entrée de Gaetano Pesce. La lumière du lieu conçue par Jacky Lautem, selon un concept de mise en lumière crépusculaire, permet à celle-ci de se moduler en fonction de la lumière du jour et donner au lieu un éclat naturel.

Les claustras permettent également de délimiter sobrement les espaces de vie. On y trouve un espace restauration déployé par un mobilier en noyer massif choisi dans la gamme « les essences » dessinée par Jean Nouvel . Ces tables dédiées au bar apportent par leur design une sobriété concordante à l’atrium. Le choix de l’essence de bois repris sur l’ensemble du mobilier apporte de la profondeur et du contraste à la blancheur et la clarté du lieu.

A ces notions de contraste, s’ajoute un graphisme mural réalisé par l’agence lilloise : Les Produits de l’Epicerie . Par déclinaison du profil du claustra, une forme géométrique vient s’inscrire sur les murs, se jouant d’un contraste ton brillant sur ton mat. Ces formes se révèlent également selon le déplacement du visiteur.

L’ensemble s’intègre avec habilité et solennité à l’atmosphère du Palais.

© 2018 SMAGGHE / réalisation : mokolab.com